L'U.P.A.C. plus ça change, plus c'est pareil | DERNIÈRE HEURE

DERNIÈRE HEURE

SUIVEZ L'ACTUALITÉ DEPUIS LE CONFORT DE VOTRE FOYER

Pour trouver un emploi ou des candidats ?

Dernière Heure

Home Top Ad

Annonce sensible ici

Post Top Ad

Annonce sensible ici

vendredi 15 novembre 2019

L'U.P.A.C. plus ça change, plus c'est pareil

Frédérick Gaudreau
Le commissaire de l’Unité permanente anticorruption (UPAC)
J'ai, comme plusieurs, lu le journal relatant les paroles du nouveau patron  de notre élite policière, le directeur Gaudreau, nous dire que nous ne saurions pas pourquoi l'enquête sur les malversations des collecteurs de fonds du parti Libéral se termine après dix années, sans accusations. La raison principale ? Ne pas divulguer les méthodes d'enquête. Vous voulez rire !

    Par Claude Aubin
    Policier à la retraite, chroniqueur et auteur
    
    Publié le 15 novembre 2019 à 22h15


Ce directeur nous prend sûrement pour des valises. Les chaînes télévisées ne cessent de nous divulguer les méthodes d'enquête de tous les grands corps policiers et ceci presque en continue. Si vous croyez  ces sornettes, vous êtes digne du Candide  de Voltaire.

Bien moi, je vais vous les révéler ces méthodes : la filature, l'écoute électronique, les informateurs, la fouille des poubelles, les perquisitions. Voilà !
L'U.P.A.C., après dix années  d'enquête, de filature, d'écoute et surtout de temps supplémentaire, ce petit fonctionnaire directeur, nous parle de manque d'expérience, de méconnaissance des procédures.

Où donc est passé l'imputabilité ? J'ai fait de l'enquête dans des dossiers compliqués, je n'avais pas à expliquer mes efforts à mes patrons ou au public, les résultats parlaient d'eux-mêmes. Mais quand tout ne tournait pas rond, mes patrons venaient me poser les questions d'usage. On appelle ça de l'imputabilité.

Est-il possible qu'encore une fois, quelqu'un ait engagé les amis des amis au détriment de l'efficacité. Ce ne serait pas la première fois. Je retrouve ici les mots d'un certain professeur "Donner un semblant d'efficacité". Des enquêteurs dans un job prestigieux, ceux que j'appelais à l'époque : les fils de Dieu. Des sections remplis de Brutus prêts à tout pour se mousser et de cliques, cherchant à passer le fil d'arrivée avant le reste de la meute.

Nos enquêteurs cravate veston, ont peut-être perdu l'amour de l'enquête, la créativité et la hargne qu'il faut pour arriver à coincer ceux qu'ils poursuivent.  Pire, ont-ils des directives allant en ce sens ? Les chefs sont nommés par le politique et redevables au politique.

Le directeur Gaudreau aurait eu intérêt à rassurer la population. Nos mercenaires payés grassement sont en principe redevables à ceux qui paient leurs salaires. En nous disant bêtement qu'il ne dévoilerait rien, il nous démontre le peu de respect qu'il a pour les citoyens et en cela, il contribue au cynisme de plus en plus grandissant qui nous envahit.

Monsieur Legault, vous qui êtes notre valet en chef, il serait bon que vous tapiez du poing sur la table et que votre subalterne puisse donner les réponses que nous attendons. Je suis fatigué de ces mots vides de sens et je ne suis pas le seul.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Veuillez noter que DERNIÈRE HEURE ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la Nétiquette. Bonne discussion !

Post Bottom Ad

Annonce sensible ici