Choisissez la taille du texte qui vous convient


Le Canada indifférent au sort des chrétiens d'Orient


Les communautés chrétiennes de la Syrie et l'Irak sont menacées d'extermination sans que le Canada et la communauté internationale fassent quoi que ce soit pour leur venir en aide. 

Source photo : CCO

C'est ce que déplore la journaliste canadienne Susan Korah dans un article paru dans le journal Convivium le 1er octobre dernier.

Selon le National Review, cité par Mme Korah, le nombre de chrétiens en Syrie est passé de 1,5 million à 500 000 depuis le début du conflit. À Alep, qui abritait la plus grande population chrétienne du pays, leur nombre est tombé de 150 000 à 35 000, ce qui représente une baisse de plus de 75 %. En Irak, au rythme où vont les choses, le christianisme pourrait disparaître d'ici 2020.

Susan Korah parle notamment du dernier camp de réfugiés chrétien, l'Ashti 2, à Erbil, en Irak, qui a été démantelé au début de septembre, faute d'avoir reçu suffisamment de fonds pour se maintenir en activité. 

Les chrétiens irakiens, victimes au départ des atrocités commises par l'État islamique, peuvent toujours retourner dans leurs villes et villages, mais ils craignent à juste titre être la cible de poches de résistance islamistes. Aucun d'eux ne souhaite par ailleurs être transféré dans des camps de l'ONU, là où ils risquent d'être intimidés par les musulmans qui y sont majoritaires.

L'ironie est que l'un des rares gouvernements qui se portent à la défense des chrétiens est honni par les États libéraux de l'Union européenne. Il s'agit de la Hongrie de Viktor Orban, considéré comme un suppôt de l'extrême droite parce qu'il a fermé ses frontières aux réfugiés de l'Afrique. Par l'entreprise du programme Hungary Helps, le gouvernement hongrois offre un soutien permanent aux chrétiens qui retournent dans leur pays d'origine.

Viktor Orbán
Tristan Azbej, le secrétaire d'État de la Hongrie, était justement de passage à Ottawa en juin où il a rencontré des responsables du gouvernement Trudeau pour parler entre autres du sort des chrétiens d'Orient. Rien ne semble être ressorti des discussions, selon Susan Korah.

Le gouvernement canadien s'est empressé de reconnaître deux génocides perpétrés contre les Rohingyas et les Yazidis. Les Rohingyas ont même reçu 346 millions du fédéral, mais aucune enveloppe n'a été accordée spécifiquement aux chrétiens. Seul un communiqué d'Affaires mondiales Canada, daté du 19 juillet 2016, fait état d'une aide de 1,6 milliard à l'Irak, mais sans préciser si des fonds allaient être alloués à la cause chrétienne.