Choisissez la taille du texte qui vous convient


Le deuxième amendement cher au peuple américain


Le deuxième amendement (texte original) de la Constitution des États-Unis d’Amérique garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes. Il fait partie des dix amendements (sur un total de 27) passés le 15 décembre 1791, couramment appelés « Déclaration des Droits » (Bill of Rights).

Le Journal de Montréal 
(en 5 minutes)

Charlton Heston peut définitivement reposer en paix. La Cour suprême vient en effet de confirmer la primauté du deuxième amendement de la Constitution américaine que l'acteur défendait avec vigueur comme membre de la NRA. Une décision historique et inespérée pour le puissant lobby des armes qui pourrait s'attaquer aux réglementations locales limitant le port d'arme.

Aux Etats-Unis, la base législative qui permet ou interdit à une personne d'acheter une arme à feu, semble loin d'être solide. Hormis les personnes mentalement instables ou encore dépendantes à une drogue prohibée ; toute personne ayant été condamnée par la justice à plus d'un an de prison n'a pas le droit à une arme. 

Donc si un criminel a été privé de liberté pendant 11 mois, il peut se procurer une arme en toute légalité à sa sortie de prison. C'est une exagération mais les faits restent les faits. 

La codification du droit de porter des armes dans le Bill of Rights fut influencée par la peur que le gouvernement fédéral pourrait désarmer le peuple afin d’imposer des règles par l’intermédiaire d’une armée de métier ou d’une milice, puisque l’histoire avait montré la façon dont les tyrans éliminaient la résistance en retirant les armes au peuple et en rendant illégal le fait d’en conserver afin de supprimer les opposants politiques. Dans sa décision District of Columbia v. Heller (en) (26 juin 2008), la Cour suprême a considéré que l’autodéfense est un élément central du droit.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Veuillez noter que DERNIÈRE HEURE ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !