Choisissez la taille du texte qui vous convient


Weinstein : Scotland Yard enquête sur des plaintes de sept femmes


LONDRES | Scotland Yard a annoncé mardi enquêter sur des accusations d’agressions sexuelles formulées par sept femmes à l’encontre d’un homme identifié par les médias britanniques comme étant le producteur américain Harvey Weinstein.




Ces agressions sexuelles présumées se seraient produites sur une période allant du début des années 1980 à 2015, a indiqué Scotland Yard dans un communiqué, sans préciser l’identité de l’homme visé par cette enquête baptisée « opération Kaguyak ».

Mais selon plusieurs médias britanniques, ces plaintes concernent Harvey Weinstein.

La police britannique évoque au total onze agressions sexuelles - neuf à Londres et deux en dehors des juridictions britanniques.

Plus de 80 femmes, y compris des vedettes comme Gwyneth Paltrow ou Angelina Jolie, ont publiquement accusé le puissant producteur devenu paria de harcèlement sexuel ou viol depuis la parution d’enquêtes du New York Times et du New Yorker il y a près d’un mois.

M. Weinstein, également visé par des enquêtes des polices de New York et Los Angeles, nie toute relation sexuelle non consensuelle.

Harcèlement : 7000 femmes du milieu de l'art signent une lettre ouverte


Cindy Sherman, Laurie Anderson, Jenny Holzer... Certaines des plus grandes artistes contemporaines, de célèbres galeristes et commissaires d'exposition se sont jointes à plus de 7000 femmes pour dénoncer le harcèlement sexuel dans le milieu de l'art.





« Nous sommes artistes, administratrices, assistantes, curatrices, critiques d'art, directrices, éditrices, étudiantes, galeristes, chercheurs, stagiaires et universitaires travaillant dans le monde de l'art contemporain, et nous avons été victimes d'attouchements, rabaissé.e.s, harcelé.e.s, infantilisé.e.s, méprisé.e.s, menacé.e.s et intimidé.e.s par celles et ceux en position de pouvoir (...) », écrivent les signataires, dans la version du texte en français.

La lettre est intitulée « not surprised » (pas surprises) en référence à une oeuvre de Jenny Holzer, connue pour ses installations en formes de déclamations magistrales : « abuse of power comes as no surprise » (« l'abus de pouvoir n'est pas surprenant »).

Cette initiative a commencé par un groupe de discussion entre une poignée de femmes qui s'est rapidement étendu à plus de cent participantes à travers le monde, en réaction à la démission la semaine dernière de Knight Landesman, qui était co-directeur du magazine ArtForum, l'un des plus influents du monde de l'art.

Il est accusé de harcèlement sexuel dans une plainte déposée dans l'État de New York par une ancienne employée d'Artforum, Amanda Schmitt, qui fait aussi référence à des allégations de harcèlement contre huit autres personnes.

C'est une nouvelle personnalité puissante qui est mise en cause pour son comportement abusif à l'encontre de femmes, dans la foulée de l'affaire Harvey Weinstein.

« Il est urgent de partager nos témoignages sur le sexisme normalisé, les traitements inégaux, les conduites inappropriées, et le harcèlement sexuel dont nous faisons l'expérience régulièrement, de manière généralisée et avec intensité », poursuit la lettre ouverte.

« Une démission au sein d'un magazine d'art contemporain de renommée internationale ne résout ni l'étendue ni le caractère insidieux du problème: celui d'un milieu professionnel perpétuant des structures de pouvoir vétustes au détriment d'un comportement éthique», insiste cette missive qui avertit: «nous ne serons plus silencieu.x.s.e.s ».

« Nous (...), appelons les institutions artistiques, les instances gouvernementales culturelles ainsi que tous nos collègues à s'interroger sérieusement sur la manière dont ils ou elles ont joué, ou ont pu jouer, un rôle dans la perpétuation des inégalités entre les sexes et des abus pré-cités et, surtout, à la façon dont ils ou elles comptent gérer ces problèmes dans le futur ».

« Le cas Harvey Weinstein a ouvert la brèche dans plein d'autres milieux », et à la suite de la démission de M. Landesman « on s'est rendu compte qu'on avait toutes eu des expériences de ce genre », a expliqué à l'AFP Martha Kirszenbaum, une commissaire d'expositions et l'une des cent premières signataires de la lettre.

Depuis le début de l'affaire Weinstein, le producteur de cinéma déchu accusé par des dizaines de femmes de harcèlement, agressions sexuelles ou viol, des personnalités ont été mises en cause dans le journalisme, la gastronomie, la mode, entre autres.

La lettre ouverte en français

Nous sommes artistes, administratrices, assistantes, curatrices, critiques d'art, directrices, éditrices, étudiantes, galeristes, chercheurs, stagiaires et universitaires travaillant dans le monde de l'art contemporain, et nous avons été attouché.e.s, rabaissé.e.s, harcelé.e.s, infantilisé.e.s, méprisé.e.s, menacé.e.s et intimidé.e.s par celles et ceux en position de pouvoir et qui contrôlent les moyens, les ressources et les opportunités de notre milieu. Nous avons tenu nos langues, paralysé.e.s par ce pouvoir brandi au dessus de nos têtes et leurré.e.s par les promesses d'avancement professionnel et d'accès au monde institutionnel.

Nous ne sommes pas surpris.e.s d'apprendre que des curateurs proposent des expositions ou un soutien en échange de faveurs sexuelles; ni lorsque des galeristes idéalisent, minimisent et dissimulent des comportements sexuels abusifs des artistes qu'ils ou elles représentent. Nous ne sommes pas surpris.e.s lorsque, lors d'un rendez-vous avec un collectionneur ou un mécène potentiel, celui-ci se permet de nous faire des avances.

De même, nous ne sommes pas surpris.e.s des conséquences qui suivent un refus de notre part. Dès lors, nous ne sommes pas surpris.e.s lorsque Knight Landesman (éditeur démissionnaire du magazine Artforum ) se permet de nous peloter sur un stand de foire en nous promettant qu'il nous aidera dans nos carrières. Les abus de pouvoirs ne nous surprennent pas.

Cette lettre ouverte émane d'un groupe de discussion sur le harcèlement sexuel dans notre champ professionnel, créé à la suite des récentes révélations sur la conduite déviante de Knight Landesman. Les conversations se sont ensuite étendues à un réseau international.

La tâche de faire avancer l'égalité est souvent encore plus lourde à porter pour des femmes de couleur et des personnes LGBTQ ou au genre non défini. Historiquement, les luttes en faveur de l'égalité raciale ont souvent fait avancer les luttes féministes, sans toujours bénéficier en retour du soutien de toutes les femmes blanches.

Notre démarche repose sur une volonté très sérieuse de prendre en considération ces critères intersectionnels afin de défendre tous ceux qui sont victimes de préjugés, exclu.e.s ou abusé.e.s. Parmi ces critères on peut inclure l'identité sexuelle, l'aptitude, la religion, la classe sociale et le statut d'immigration.

Il est urgent de partager nos témoignages sur le sexisme normalisé, les traitements inégaux, les conduites inappropriées, et le harcèlement sexuel dont nous faisons l'expérience régulièrement, de manière généralisée et avec intensité.

De nombreuses institutions et personnes en position de pouvoir dans le monde de l'art contemporain adhèrent en théorie et sans sourciller à la rhétorique féministe et au principe d'égalité. Souvent, ils ou elles tirent profit de cet engagement de façade en faveur de politiques progressistes, tout en préservant, en pratique, des conventions sexistes néfastes et oppressantes.

Chaque jour, celles et ceux qui détiennent le pouvoir font le choix d'ignorer et d'excuser, quand ils ne commettent pas eux-mêmes des actes de harcèlement et d'humiliation. Ils créent ainsi un climat arrangeant, voire complice, envers des abus de pouvoir illégaux et potentiellement plus graves.

Une démission au sein d'un magazine d'art contemporain de renommée internationale ne résout ni l'étendue ni le caractère insidieux du problème: celui d'un milieu professionnel perpétuant des structures de pouvoir vétustes au détriment d'un comportement éthique.

De tels abus se produisent fréquemment et à grande échelle dans le monde de l'art globalisé. Nous avons été réduit.e.s au silence, mis.e.s à l'écart, considéré.e.s comme malades, congédié.e.s p our cause de "réaction disproportionnée" et menac.é.e.s lorsque nous avons tenté de rendre public des comportements sexuellement et émotionnellement abusifs.

Nous ne serons plus silencieu.x.s.e.s.

Nous dénoncerons celles et ceux qui persisteront à nous exploiter, à nous faire taire ou à nous discréditer. Vos actions ne seront plus jamais ces secrets que nous chuchotons entre nous par peur de la réprimande, de l'isolement ou de la mise au ban professionnelle. Dès lors que nous serons témoins d'abus de pouvoir, nous nous engageons désormais à parler, à exiger que les institutions et leurs dirigeant.e.s nous prennent au sérieux, et à exposer ces incidents au grand jour quel que soit le sexe de leurs auteurs.

Nous n'ignorerons plus les remarques condescendantes, les mains baladeuses, ni les menaces et les intimidations subtilement déguisées en flirt, ni le mutisme de nos ambitieu.x.se.s collègues. Nous ne tolérerons plus d'être couvert.e.s de honte ou peu pris.e.s au sérieux, ni d'être montré.e.s du doigt lorsque nous oserons enfin prendre la parole.

Nous ne rejoindrons pas les "groupes de travail" formés pour résoudre un conflit perpétré contre nous. Ainsi, nous proposonsune définition du harcèlement sexuel à l'usage de celles et ceux qui se sentiraient impuissants, auquel se référer pour mieux construire un environnement de travail sûr et confortable pour toutes et tous.

Nous, signataires -celles qui ont été abusées et celles qui en sont solidaires-, appelons les institutions artistiques, les instances gouvernementales culturelles ainsi que tous nos collègues à s'interroger sérieusement sur la manière dont ils ou elles ont joué, ou ont pu jouer, un rôle dans la perpétuation des inégalités entre les sexes et des abus précités, et surtout, à la façon dont ils ou elles comptent gérer ces problèmes dans le futur.

Nous sommes trop nombreu.x.s.e.s, désormais, pour être ignoré.e.s et réduit.e.s au silence. Avec tout ce que nous avons subi et dont nous avons été les témoins, cette lettre ne devrait pas vous surprendre.

Cette lettre est dédiée à la mémoire de l'historienne d'art féministe Linda Nochlin (1931-2017), dont l'esprit, l'activisme et les écrits précurseurs ont inspiré nos travaux.

Les origines de l'Halloween et de ses traditions


Les citrouilles illuminées, les déguisements, la collecte de friandises... Quelles sont les origines de l’Halloween ? D’où viennent ces traditions ?


L'Halloween tire son origine d'une fête celtique, la Samain (Samhuinn), qui marquait le premier jour de l'année celtique. Elle annonçait aussi la fin des récoltes et de la saison du soleil. 

Comme les Celtes - qui vivaient là où se trouvent maintenant l'Angleterre et le Nord de la France - comptaient en nuits et non en jours, la célébration devait commencer le 31 octobre au soir. La fête se déroulait sous l'autorité des druides, pendant sept jours. La tradition s'est transportée en Amérique du Nord vers 1840, avec l'émigration des Irlandais aux États-Unis.


Aujourd'hui, l'Halloween est fêtée principalement au Canada, aux États-Unis, en Irlande, en Grande-Bretagne et en Australie.

Dans plusieurs pays ne fêtant traditionnellement pas l'Halloween, son introduction a suscité une certaine opposition. Plusieurs craignaient que les célébrations religieuses autour du 31 octobre ne soient balayées par elle. Halloween, fête païenne, est proche de deux célébrations catholiques: la Toussaint (le 1er novembre) et le jour des Morts (le 2 novembre).

LUTTE CONTRE LES TÉNÈBRES

La Samain marquait le début du cycle hivernal, celui de la lutte entre les ténèbres et la lumière. Au cours de la nuit, les druides allumaient un feu sacré sur l'autel afin d'honorer Been ou Bélénos (autres appellations : Bélén, Bél, Beltane, Belenus, Belinu, Belus, Baal, Bal), le dieu du soleil. Ce feu servait aussi à chasser les mauvais esprits.

Selon la légende, pendant la nuit de la Samain, les esprits des morts peuvent revenir dans leur demeure terrestre. Ainsi, naguère, les vivants essayaient de les accueillir au mieux. On laissait, par exemple, de la nourriture aux portes des villages afin d'apaiser ces présences. 

L'ouverture des portes de l'autre monde permettait aussi l'intrusion d'entités maléfiques. Cet aspect a pris de l'importance sous l'influence du christianisme, avec les notions d'enfer et de purgatoire. Ainsi, si les âmes reviennent, c'est qu'elles n'ont pas accédé au paradis et qu'elles sont damnées ou libérées du purgatoire.

ALL HALLOWS'... EVENING

Le nom Halloween vient de l'anglais. Il serait la contraction d'All Hallows' Eve, littéralement le soir de tous les saints du paradis, c'est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussaint. 

Hallow est une forme archaïque du mot anglais holy, qui signifie saint, alors que even est une forme usuelle qui a formé evening (soir). L'orthographe Hallowe'en est encore parfois utilisée au Canada et au Royaume-Uni.

POURQUOI UNE CITROUILLE ?

Au moment de la Samain, on vidait des navets ou des betteraves pour les tailler en forme de têtes de mort, que l'on plaçait au bord des routes ou près des cimetières. Les Irlandais émigrés aux États-Unis adoptèrent les citrouilles, car elles y sont plus abondantes. 

La coutume des navets, raves ou citrouilles évidés avait pour but d'effrayer les esprits. Mais elle est aussi liée à la légende de Jack O'Lantern, un homme condamné à errer éternellement entre l'enfer et le paradis, car ni Dieu ni le Diable ne voulaient de lui. 


Il s'éclairait d'un tison posé dans un navet. Le navet a été progressivement remplacé par une citrouille, dans laquelle on place une bougie, un potiron ou un autre végétal se substituant parfois à cette dernière.

LA COLLECTE DE BONBONS

Le 31 octobre, les enfants se déguisent et envahissent les rues pour frapper aux portes et réclamer des friandises. Les petits anglophones crient «Trick or treat!» qui signifie «Des bonbons ou un mauvais sort!» Le sort, c'est l'équivalent d'une farce, mais il renvoie aussi aux dieux malins, joueurs de tours, de la mythologie anglo-saxonne.


Au Québec, la coutume remonte tout au plus aux années 1920-1930 et a probablement commencé dans la région de Montréal à l'initiative des Québécois anglophones. Il fallut attendre les années 1960-1970 pour qu'elle s'impose réellement dans les régions à grande majorité francophone.

Les foyers qui participent à la fête ornent le pas de leur porte d'une citrouille illuminée pour indiquer que les enfants y sont les bienvenus. Depuis quelques années, la fête suscite un engouement croissant et inspire plus en plus la population à créer des décors d'horreur devant les maisons.

FANTÔMES, SORCIÈRES ET VAMPIRES

La force des ténèbres de la Samain était représentée par une série d'esprits plus ou moins maléfiques. C'est là l'origine des divers monstres associés à Halloween. D'où la présence de nombreux fantômes et vampires à la fête. Quant aux squelettes, ils ont certainement pour origine les reliques de saints vénérées le jour suivant.


Et les sorcières ? Ce sont des guérisseuses qui vivaient au Moyen Âge. Ne recevant pas d'argent pour leurs services, elles se déguisaient en vieilles dames laides pour aller quêter chez les gens qu'elles avaient soignés pour savoir s'ils méritaient leurs soins. En raison de leurs « pouvoirs » de guérison et de leur allure effrayante, on leur attribuait des pouvoirs maléfiques.

Source : Coup de Pouce

Une moustache pour lutter contre les maladies masculines


Movember (ou Movembre) est un événement annuel organisé par la fondation Movember Foundation Charity

Chaque mois de novembre, les hommes du monde entier sont invités à se laisser pousser la moustache dans le but de sensibiliser l'opinion publique et de lever des fonds pour la recherche dans les maladies masculines telles que le cancer de la prostate

Le nom vient de la contraction de « mo », abréviation de moustache en anglais australien, et de « November » (novembre). Depuis 2003, cette fondation australienne relève le pari de « changer le visage de la santé au masculin ».


Le site movember.org revendique l'invention du véritable mouvement Movember, se déclarant « MO-riginal » et « MO-fficiel ». C'est à Adélaïde, en Australie, en 1999, qu'un groupe de 80 personnes se lance pour la première fois le défi de se laisser pousser la moustache durant tout le mois de novembre. 

Profitant de l'originalité du concept, ils vendent des t-shirts qui leur permettent de récolter des fonds pour des associations caritatives telles que la RSCPA (association contre la cruauté envers les animaux). L'initiative reste toutefois anecdotique et locale.

Un groupe d'amis issus de Melbourne s'empare en 2003 de l'idée. Constatant que les hommes sont moins attentifs à leur santé que les femmes et que les maladies masculines demeurent taboues, ces Australiens invitent 30 hommes à se laisser pousser la moustache pendant 30 jours. 

Cette opération a pour but d'attirer l'attention sur les maladies masculines tel que le cancer de la prostate et de récolter des fonds pour la recherche médicale. L'association concentre particulièrement son action en faveur de la Prostate Cancer Foundation.

L'opération connaît un grand succès et le groupe devient officiellement la fondation Movember. Depuis 2007, l'Irlande, le Canada, la République Tchèque, le Danemark, le Salvador, l'Espagne, le Royaume-Uni, Israël, l'Afrique du Sud, Taïwan, les États-Unis, le Japon, le Kazakhstan, la Pologne, et depuis peu, la France, y participent.

Comment ça marche ?

Les hommes qui souhaitent prendre part à Movember s'inscrivent sur le site officiel de la fondation, movember.com, et commencent le mois rasés de près. Devenus officiellement des « Mo Bros », ils se doivent de laisser pousser leur moustache et de l’entretenir tout au long du mois de novembre. Aucun bouc ni barbe ne sont autorisés, les poils doivent être concentrés uniquement au-dessus de la lèvre supérieure.

En plus d’afficher de manière pilaire leur soutien à la cause, les participants sont encouragés à récolter des dons par le biais notamment des réseaux sociaux. Chaque pays qui soutient Movember a sa propre page fan sur le site Facebook.

Les hommes prenant part à l'événement publient des photos de l'avancement de la pousse de leur moustache et incitent leurs amis à financer l'association caritative qu'ils ont choisie. Les Mo Bros se soutiennent ainsi entre eux, se dispensant des conseils et des encouragements.

Succès

Le Global Journal estime que Movember est l'une des plus grandes associations non-gouvernementales mondiales. Depuis sa création, la fondation Movember a récolté 174 millions de dollars à travers le monde. 

On compte plus d'une vingtaine de pays participants dans le monde entier parmi lesquels l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, l'Irlande, les États-Unis, le Canada, l'Afrique du Sud, la Finlande, les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, la Belgique, la République Tchèque, l'Espagne, Hong Kong, Singapour, la France, l'Allemagne, la Suède, la Suisse et l'Autriche. 

Le Canada est le pays le plus actif et le plus impliqué dans le mouvement, devant l'Australie.

En 2012, plus de 1,1 million de personnes ont participé, rapportant ainsi 101,584,371 millions d'euros à l'association. Ce succès est majoritairement dû au caractère viral de l'événement qui se partage et se relaie sur les réseaux sociaux. La page Facebook française officielle dénombre 8420 abonnés (au 21 avril 2013). Et sur Twitter, ils sont plus de 20 000 partisans à suivre Movember.

Monsieur Propre, le célèbre personnage de la marque de produits d'entretien du même nom, a même apporté sa contribution en 2012 en se laissant pousser une moustache au fil des « J’aime » et des dons rapportés sur Facebook et Twitter.

Faire un don 

La Fondation Movember est le seul organisme philanthropique mondial voué exclusivement à la santé masculine et pour cette raison, cette année, je participe à Movember


Je recueille des dons pour qu'on trouve des solutions à certains des problèmes de santé les plus graves chez les hommes : le cancer de la prostate, le cancer testiculaire, et les problèmes de santé mentale.

Aidez-moi à empêcher les hommes de mourir trop jeunes. En leurs noms, je vous dit MERCI !

Source : Wikipédia et Movember Canada

Un 3e lien méconnu sous le fleuve Saint-Laurent

L'intérieur du tunnel Grondines-Lotbinière Photo : Maxime Corneau
Beaucoup l'ignorent mais le Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine n'est pas le seul passage sous-fluvial au Québec.


Il y a 25 ans cette année, Hydro-Québec ouvrait entre Grondines et Lotbinière une galerie souterraine afin d'y faire transiter la ligne à haute tension Radisson-Nicolet-des Cantons, en provenance de la Baie-James.

L'ouvrage a été percé sur une longueur de 3,9 kilomètres à exactement 30 mètres sous le chenal de navigation du Saint-Laurent.

Sa taille est telle que des véhicules pourraient, dans un sens à la fois, le franchir d'une rive à l'autre. Un quart de siècle plus tard le tunnel bétonné apparaît être encore à l'état de neuf.

« Je devrais dire que le tunnel est pas mal ce qu'il était il y a 25 ans c'est-à-dire qu'il n'y a pas de fuite et l'entretien se fait régulièrement », note Kevin Burns , chef de maintenance à Hydro-Québec.

Le grand défi de ce projet n'avait pas tant été le percement sous-fluvial que la mise au point des câbles d'un nouveau type devant le traverser.

« C’était un câble à 550 kV. Ça n'existait pas dans le monde. Ça a été une innovation technologique qui est devenue le nouveau standard, à l'époque, de l'électricité à très haute tension à courant continu. On a été les premiers dans le monde à développer et à utiliser cette technologie », s'enorgueillit Jean-Pierre Tardif de l'Institut de recherche d'Hydro-Québec, qui avait joué un rôle actif dans le projet à l'époque.

Les six câbles qui courent dans le tunnel ont une durée de vie de 40 ans soit deux fois moins que ceux d'une ligne aérienne.

L'ouvrage hautement sensible et stratégique pour Hydro-Québec est l'objet d'une surveillance constante.

Il y passe chaque jour pour une valeur d'un million de dollars en électricité.

Allégations d'inconduite sexuelle : Kevin Spacey confirme son homosexualité


Hollywood | Placé dans l'embarras en raison d'allégations d'inconduite sexuelle dont il fait l'objet, l'acteur Kevin Spacey a indiqué lundi dans message publié sur Twitter qu'il « choisit de vivre en tant qu'homosexuel ».

Dans un reportage diffusé par BuzzFeed dimanche, l'acteur Anthony Rapp raconte comment Spacey lui aurait fait des avances sexuelles à l'issue d'une soirée en 1986. À l'époque, Rapp avait 14 ans, Spacey en avait 26.

Selon Rapp, Spacey l'aurait invité à son appartement pour une fête après que les deux acteurs eurent joué sur Broadway. Au terme de la soirée, Spacey aurait amené Rapp sur son lit avant de se placer au-dessus de lui et de lui faire des avances sexuelles.

Anthony Rapp
À minuit tapant lundi, Kevin Spacey a réagi aux allégations sur Twitter. Il affirme dans le message avoir beaucoup de respect pour Rapp en tant qu'acteur et si ce que Rapp affirme est vrai, il ne s'en souvient pas. 

Il ajoute que si les allégations de Rapp sont vraies, il lui doit des excuses sincères pour ce qui a été un comportement inapproprié alors qu'il était en état d'ébriété. 

Il poursuit en indiquant que cette histoire le pousse à parler d'autres choses dans sa vie, des rumeurs qui courent à son sujet. Kevin Spacey afirme avoir eu des relations amoureuses avec des hommes et des femmes dans sa vie, mais que maintenant, il a choisi de vivre en tant qu'homosexuel.


Deux femmes secourues après des mois de dérive dans le Pacifique

Jennifer Appel est acueillie à bord du USS Ashland par le capitaine de navire Gary Wise
Washington | Deux plaisancières américaines ont été secourues après avoir dérivé pendant cinq mois dans le Pacifique avec leurs chiens, a indiqué la marine américaine jeudi.




Jennifer Appel, Tasha Fuiaba et leurs deux chiens avaient quitté Hawaï au printemps pour rejoindre Tahiti à bord de leur voilier.

Leur moteur est tombé en panne le 30 mai mais elles ont poursuivi leur croisière, pensant pouvoir la finir à la voile.

« Au bout de deux mois, et bien longtemps après la date prévue de leur arrivée à Tahiti, elles ont commencé à envoyer des signaux de détresse », a précisé la 7e flotte de la Marine américaine dans un communiqué. « Elles ont continué à envoyer des signaux de détresse mais elles étaient trop loin d'autres bateaux ou de stations à terre pour que leurs messages soient reçus ».

Le 24 octobre, un bateau de pêche taïwanais a finalement repéré le voilier à 1500 km au sud-est du Japon. Les pêcheurs ont contacté les autorités américaines de l'île de Guam et un navire amphibie en manoeuvres dans la zone, l'USS Ashland, est arrivé sur place le lendemain.

Une vidéo publiée par l'US Navy montre une des deux femmes envoyant des baisers aux sauveteurs qui s'approchent à bord d'une petite embarcation. Deux chiens équipés de gilets de sauvetage courent sur le pont en aboyant.


« Ils nous ont sauvé la vie », a indiqué Jennifer Appel, citée dans le communiqué, avant d'exprimer sa « gratitude » aux sauveteurs.

Chiens comme humains apparaissent en bonne santé et bien nourris. Jennifer Appel a indiqué qu'ils avaient survécu grâce à des purificateurs d'eau et plus d'un an de réserves de nourriture, notamment des pâtes et du riz.

La Station des Souvenirs : SDP Média


C'est en juillet 2007 que Pierre alias Peter, son surnom d'animateur, décidait de créer SDP Média (sdpm en abrégé et qui signifie Spectacles, Disco mobile et Peter) et allait devenir la radio communaire Internet de Lachine.

Une radio dont les ondes envahissent le Net 24 heures par jour, sept jours par semaine.

Depuis 10 ans, il anime les nombreuses émissions dont Pierre en direct, tous les dimanches, de 14h à 15h. Le choix musical est varié et l'option de clavardage est disponible pendant la durée du programme.

Pour un aperçu

Pierre offre également la possibilité de rediffuser ses émissions pour permettre à ses auditeurs qui ne peuvent l'écouter de se reprendre.

Le fondateur de SDP Média produit et diffuse tous ses programmes à partir de sa résidence. De plus, le service qu'il offre est entièrement gratuit et sans but lucratif. 

Par ailleurs, ses choix en terme de programmation musicale sont on ne peut plus simple : des souvenirs rétro populaires. Seulement des tubes des années 60 à 90. Voilà l'une des raisons qui plaît aux hommes de mon âge.

Pierre ajoute que des nouveautés vont se greffer aux plages horaires actuelles, telles que l'ajout de nouveaux animateurs et animatrices, de la co-animation, des entrevues et bien d'autres qui seront annoncés le moment venu.

C'est en 2012 que SDP Média s'inscrit sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, un atout majeur qui ne pourra qu'être bénéfique en terme d'audience.

Pierre se fait un point d'honneur à offrir à ses auditeurs un service courtois et professionnel. C'est d'ailleurs pour ses qualités d'animateur que Mme Manon Boyer, la tante de feu Éloïse Dupuis, cette jeune témoins de Jéhovah décédée pour avoir refusé une transfusion de sang, lui avait accordé une entrevue.

Depuis le décès de sa nièce, le 12 octobre 2016, Mme Boyer a créé un groupe Facebook en sa mémoire (En mémoire de Éloïse Dupuis), notamment pour conscientiser la population sur les pratiques de cette secte.


Pour connaître les coordonnés complètes



Une Ukrainienne fait tatouer la poitrine de son sphinx


TCHERNIHIV, Ukraine | Une Ukrainienne a soulevé l’ire des défenseurs des droits des animaux en diffusant sur son compte Instagram des photos de son chat, un sphinx, arborant un tatouage sur la poitrine.
Elena Ivanickaya, une culturiste bien connue en Ukraine, a fait tatouer un Égyptien ailé sur la poitrine de son animal de compagnie. Fière de son coup elle a partagé quelques photos via les réseaux sociaux, a rapporté le Daily Mail.

Les messages de haine ont afflué. « Tu serais mieux de te faire tatouer le mot "Idiote" sur le front à la place de torturer un animal », a pesté Inna Milovanova.

Le tatouage a été réalisé sous anesthésie et c’est sous la supervision du vétérinaire du félin que le tout a été réalisé.


La culturiste n’a pas été tendre en répondant à ses dénigreurs. « La vie de ce chat est meilleure que la tienne, peut-être que c’est l’enfer pour toi, mais lui, il va bien. Il n’est pas castré et il ne le sera jamais parce que ça, ça serait de la cruauté. »

Une enquête pour cruauté animale a été ouverte par la police ukrainienne. « Si nous établissons que l’animal a été torturé, nous ouvrirons une enquête criminelle », a indiqué Natalia Chovpylo, porte-parole du corps policier.

Martin Levac lance sa 3e campagne de sociofinancement pour son album SIX


Vous le connaissez peut-être comme personnificateur de Phil Collins ou peut-être l'avez vous vu avec le groupe The Musical Box ? En fait, depuis plus de 20 ans, Martin Levac écrit son propre matériel en anglais & en français.


Martin Levac et Phil Collins sur le plateau de TLMEP

En ce moment, il travaille sur son 6e album, qui sera en français, et il fait appel au public pour l'aider à supporter financièrement ce projet. Il en est à sa 3e campagne de sociofinancement et il espère que vous trouverez une récompense qui saura vous plaire.

Dans ce nouvel album, il touche à des enjeux d'aujourd'hui comme les déplacements de population, notre humanité, le deuil et bien sûr l'amour ! Cet amour qui est le moteur de la vie et du monde.

Je vous invite à regarder la vidéo de son premier extrait Je suis Dieu :

Je suis Dieu (Paroles & Musique Martin Levac 2017)

Je ne suis pas un batteur je ne suis pas un chanteur
J’suis pas un musicien j’suis pas un comédien
Je n’suis pas citoyen je n’suis pas canadien
Je n’suis pas catholique je n’suis pas alcoolique

Je ne suis pas carrossier je ne suis pas mon métier
Je ne suis pas un pianiste je ne suis pas un artiste
Je n’suis pas professeur  pas non plus un chômeur
Je ne suis pas très connu  mais j’suis pas un moldu
Je suis Dieu, Bouddha Yhavé Jéhova Allah ya ya ya 

Je suis Dieu, Bouddha Yhavé Jéhova Allah ri Khrishna 2x 
Je ne suis pas un sportif je ne suis pas un fif
Je ne suis pas une couleur je ne suis pas un voleur
Je ne suis pas une femme je ne suis pas un imam
Je ne suis pas Bopébine,  je ne suis pas Phil Collins

Je n’suis pas musulman, juif africain français
Je ne suis pas protestant bouddhiste Hindou ou Anglais
Je ne serai jamais seulement ma religion ni ma race
Et toi aussi tu es plus grand que ce qu’on voit en surface  
Tu es Dieu, Bouddha Yhavé Jéhova Allah ya ya ya 
Tu es Dieu, Bouddha Yhavé Jéhova Allah ri Khrishna 2x



Vous pouvez accéder à la page Facebook de Martin, sa page Twitter, sa page YouTube et son site Web, sans oublier le site de sa campagne de financement pour son 6e album.

Plus de 31 000 visiteurs depuis le 6 septembre 2017


Depuis le 6 septembre de cette année, date de sa mise en ligne par le fondateur du groupe Facebook DERNIÈRE HEURE, Jean-François Dagenais, le site Web officiel à reçu pas moins de 31, 000 visiteurs au total. 

Selon les statistiques de la plateforme Blogger, une création de Google lancée en août 1999 et l'un des premiers systèmes de publication de blogues sur Internet, 2, 734 personnes étaient passés hier, contre 23, 954 le mois dernier, pour un afflux total de 31, 054 visiteurs.


Il semblerait que les lecteurs ont appréciés l'article Un criminel dangereux et introuvable recherché puisque la page avait été vu 384 fois depuis sa publication. La page Éric Salvail se retire du milieu artistique arrive également bon deuxième avec 168 pages vues.

Pages vues par pays

Pages vues par système d'exploitation

Pages vues par messages (articles)

Pages vues par navigateurs
Le site Internet reçoit une forte achalandage de lectorat en provenance du réseau social en ligne le plus populaire : Facebook ! En effet, le groupe DERNIÈRE HEURE a réussi à se tailler une place enviable et respectable comme groupe en publiant et partageant l'actualité à l'échelle planétaire.

Les visiteurs ont la chance de trouver des liens utiles pour les aider dans leur quotidien, que ce soit dans le monde virtuel que dans la vie réelle. De plus, les visiteurs peuvent s'abonner à notre infolettre pour recevoir les nouvelles les plus pertinentes et les articles du jour.

Par ailleurs, un échange de partenariat est toujours possible et des espaces publicitaires sont disponibles pour une meilleure visibilité commerciale.

Quoi qu'il en soit, Jean-François et les membres de son administration ont raison d'en être fier. Bien entendu, il y aura toujours quelques acrochages, que ce soit au niveau des commentaires entre les membres, ou que la tension soit palpable par rapport aux publications sensibles.

Peu importe, nos lecteurs adorent le concept parce que le mot d'ordre est  le RESPECT. Dans les échanges ou les débats. Cette qualité est d'ailleurs inscrite dans la Charte de nos règlements et elle est appliquée avec fermeté.


[VIDÉO] Un orignal donne une volée à une Toyota Prius


Une résidente d’Anchorage, en Alaska, a eu toute une surprise en revenant à la maison après être allée faire une marche avec son chien. 






Au beau milieu de sa cour, Alberta Laktonen a aperçu un gigantesque orignal qui semblait avoir maille à partir avec sa Toyota Prius.


Impuissante, l’américaine a vu l’animal bosser et grafigner la peinture de son véhicule. Puis, le gros orignal a changé de cible et s’en est ensuite pris à la boîte aux lettres, juste à côté.

Armée de son téléphone cellulaire, Mme Laktonen a filmé et publié la scène sur sa page Facebook vendredi dernier. La vidéo est rapidement devenue virale, atteignant plus de 1,4 million de vues au moment d’écrire ces lignes.

Quant à la Prius, la propriétaire indique que les coûts de réparation s’élèveront à 5600 dollars et qu’on évalue même la possibilité de déclarer la voiture perte totale.

Kit Harrington a pleuré en lisant le scénario final du Trône de Fer


Kit Harrington a pleuré en lisant le script du dernier épisode de Game Of Thrones (Trône de Fer), et pendant une apparition dans l'émission britannique The One Show, il a révélé que lui et ses collègues avaient pleuré durant une lecture.





« Nous avons fait une lecture du script la semaine dernière donc maintenant je sais tout, a dit l'acteur. J'ai pleuré à la fin. Vous devez vous rappeler que ça fait huit ans. Personne n'y tient autant que nous. »

La série à succès, dans laquelle jouent aussi Lena Heady, Peter Dinklage et Emilia Clarke se conclura en 2018 ou 2019, à la fin de la saison 8.


« C'est une institution dans laquelle j'ai été plus longtemps que toutes les autres. L'école, l'école d'arts dramatiques, tout. Ça m'émeut d'y penser. Ça va me faire bizarre de dire au revoir à tout le monde l'année prochaine, et de tourner les dernières scènes. Non seulement on est attaché à ça, mais beaucoup d'autres gens dans le monde aussi. » Il doit commencer à filmer ses scènes pour la dernière saison à Belfast, et a juré le secret.

« On m'a dit " Ne dis pas que tu filmes. Ne prends pas de photos à Belfast, ne fais pas tout ça ". Tout est verrouillé. »

Il s'est récemment fiancé à son ancienne partenaire de la série, Rose-Leslie, avec laquelle il est en couple depuis 2012. Ils ont annoncé leurs fiançailles dans The Times en début de mois

Le Montréalais disparu au Pérou enlevé ?

¸
La famille du jeune Montréalais porté disparu depuis trois semaines au Pérou affirme que les autorités craignent qu’il ait été enlevé.

« Pour le moment, la possibilité la plus plausible serait qu’il ait été kidnappé, d’une façon ou d’une autre », a tristement indiqué la mère de Jesse Galganov, Alisa Clamen.

Alors que l’enquête piétine, une récompense de 10 000 $ US sera offerte à la personne qui donnerait des informations permettant de retrouver le jeune homme de 22 ans.

Le Montréalais a quitté le 24 septembre dernier pour un voyage de huit mois. Son dernier signe de vie remonte au 28 septembre. Il avait averti Mme Clamen qu’il ne serait pas joignable pour quelques jours parce qu’il partait en randonnée.

Inquiète et sans nouvelles depuis près de trois semaines, sa mère s’est envolée, mardi, vers l’Amérique du Sud dans l’espoir de le retrouver.

Depuis, les recherches se poursuivent « sans relâche ». Les policiers tentent d’obtenir des images de caméras de la petite ville d’Huaraz, où il a été vu pour la dernière fois dans une auberge.


« L’enquête est en cours et nous recevons plusieurs informations contradictoires, ce qui complique la tâche », avoue la mère. Mme Clamen ajoute que l’enquête est devenue criminelle aux yeux des autorités. Elle déplore « le manque important de coopération » des entreprises Apple, T-Mobile et Amazon.

« Je ne peux pas croire que lorsque la vie d’une personne est en jeu, ils ne veulent même pas aider les enquêteurs en leur fournissant les données qui pourraient aider à le localiser. Le FBI pourrait être appelé à s’en mêler », affirme Mme Clamen.

Une pétition sur Change.org a démarré hier pour faire convaincre les trois géants de l’informatique d’aider à la cause. En quelques heures, des milliers de noms se sont ajoutés. « Je veux seulement ramener mon fils à la maison », laisse tomber Mme Clamen, la voix brisée.



Une campagne GoFundMe a aussi été lancée, il y a quatre jours, afin d’aider à payer le coût des recherches. 73 000 $ ont été amassés sur un objectif de 100 000 $.

Changement d'heure au Québec : les dates en 2017-2018


Au Canada, on change l'heure deux fois par année. On passe à l'heure d'hiver dans la nuit du 4 au 5 novembre 2017. On recule l'heure d'une heure à 2h du matin pour revenir à l'heure normale de l'Est.

Au printemps, on passera à l'heure avancée de l'Est (heure d'été) dans la nuit du 10 au 11 mars 2018.

Pourquoi changer d'heure ?

C'est pendant le Première Guerre mondiale, en 1918, que la Chambre des Communes du Canada a décrété le passage à l'heure avancée au printemps afin de maximiser les heures d'ensoleillement. 

La loi québécoise concernant le changement d'heure a quant à elle été appliquée en 1924. Comme les municipalités décidaient de la date du changement d'heure, elles ne la fixaient pas toutes la même journée ce qui créait des situations insolites. Ainsi, en septembre 1929, on comptait une heure de différence entre Montréal et Saint-Jérôme pendant quelques semaines. 

Depuis 2006, la Loi sur le temps légal a permis de normaliser l’heure entre le Canada et les États-Unis. Depuis ce temps, on recule l'heure d'une heure (retour à l’heure normale de l’Est) lors du 1er dimanche de novembre et on avance l'heure d'une heure (heure avancée de l'Est ou heure d'été) lors du 2e dimanche de mars.

Cette règle s'applique partout au Canada sauf dans certains secteurs de la Colombie-Britannique, en Saskatchewan (qui n'a jamais changé d'heure) et à l'île Southampton au Nunavut.

Changez aussi les piles de vos avertisseurs de fumée

À chaque changement d'heure, les services de protection contre les incendies demandent à la population de vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs de fumée et de remplacer les piles, si nécessaire. N'hésitez pas à suivre cette recommandation qui peut sauver des vies.

Le poisson tigre goliath : un prédateur pour l'homme


Le poisson tigre goliath (Hydrocynus goliath) ou encore Poisson-chien et appelé localement mbenga est une espèce de poisson d'eau douce. Il se rencontre dans les grands lacs africains et les principaux fleuves. Il fait partie de la famille des Alestidés et de l'ordre des Characiformes.

Il peut atteindre 1,70 mètre de long pour un poids de 45 kg. Sans dimorphisme sexuel, il est muni d'une denture impressionnante faite de 32 grandes dents triangulaires de 3,5 centimètres de long (celles de la mâchoire inférieure s'imbriquant entre celles de la mâchoire supérieure), mâchoire qui fait de cette espèce un prédateur pour l'homme.

Leur imposante taille ainsi que leur mâchoire proéminente fait aussi de cette espèce un prédateur pour les crocodiles de leur taille.


Ce poisson est aussi féroce que ce qu’il laisse à penser et il a été très difficile pour Jeremy Wade, biologiste et reporteur anglais, de le capturer dans un fleuve du Congo.  

Jeremy Wade, biologiste et présentateur de télévision britannique
Il est assez rare de le capturer, car ils se trouvent bien cachés dans les endroits reculés du Congo, où il aime manger les crocodiles de sa taille et prendre des morceaux sur les plus gros, ainsi qu’un petit faible pour l’homme, lorsqu’il en croise la route.


Jeremy Wade, qui anime une émission consacrée aux poissons atypiques, rejette, comme tout bon biologiste, ces prises vivantes à l’eau, sauf dans ce cas ou la population locale désire le manger (il vaut mieux prévenir que guérir).

Vous pourrez découvrir bien plus de photos et de vidéos sur le site de l’émission River Monsters.


Haut de page

Source : Wikipédia

Un criminel dangereux et introuvable recherché


Remis en liberté il y a trois ans malgré sa « dangerosité sociale élevée », le criminel O’Neil Jr Aspirot est recherché à Québec et à Saguenay par la police, qui avertit le public de contacter le 9-1-1 immédiatement s’il est aperçu.

Le mandat, lancé mercredi dernier, laisse entendre que le fugitif pourrait se trouver sur le territoire de Saguenay ou dans la région de Québec.





Contactée par Le Journal hier, la Sécurité publique de Saguenay a indiqué que les recherches s’intensifiaient pour retrouver Aspirot, « mais qu’il n’y a toujours rien » pour le moment.

S’il est aperçu, les autorités somment la population d’appeler sur-le-champ le 9-1-1 et de ne pas tenter de l’interpeller.

La Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) l’avait identifié, en 2014, comme « une relation du gang de rue 187 de Québec ». 

L’individu, qui a perpétré de nombreux crimes violents, avait « tenté d’imposer sa loi au pénitencier » lors d’un séjour de dix-huit mois derrière les barreaux.

Bien connu

O’Neil Jr Aspirot, 33 ans, a une feuille de route bien garnie en termes de démêlés avec la justice, qui remontent au début de l’âge adulte.


Lors d’une vérification de routine en 2011, Aspirot fait mine de tirer sur les agents en mimant un fusil avec ses mains. Durant l’intervention, des quantités considérables de drogue sont trouvées dans le véhicule, dont du haschisch, du GHB et des centaines de comprimés qui s’apparentaient à des stéroïdes.

Si ses premières frasques remontent à 2003, c’est dix ans plus tard que les autorités mettent véritablement le grappin sur lui.

Il écope alors de 30 mois de prison après avoir plaidé coupable à des accusations de voies de fait et d’introduction par effraction. Il avait alors tabassé un individu jusqu’à lui faire perdre conscience afin de lui dérober une liasse d’argent.



DESCRIPTION
  • 33 ans
  • Cheveux noirs
  • 1,79 m (5’8’’)
  • S’il est aperçu : 9-1-1
Il a déjà été reconnu coupable :
  • Introduction par effraction
  • Intimidation
  • Voies de fait
QUELQUES-UNS DES REPROCHES DE LA CLCC
  • Contrebande de tabac et de stupéfiants
  • Incitation à des mouvements de masse
  • Incitation à l’intimidation/violence
  • Incitation à des activités illicites
  • Proche du gang de rue 187
  • Rejet récurrent de l’autorité
RAPPORTS DISCIPLINAIRES DE PRISONS PROVINCIALES
  • Propos injurieux
  • Comportement agressif
  • Violence envers les gardiens
  • Tentative de soulèvement de la population carcérale
  • Tentative d’allumer un incendie

La fin du califat de l’État islamique « est en vue », selon Trump


Washington | Après la reprise de la ville syrienne de Raqa, « la fin du califat de l’État islamique est en vue », a estimé samedi dans un communiqué le président américain Donald Trump.

Cette victoire de l’alliance dominée par les Kurdes, alliés à Washington, annonce « une nouvelle phase » en Syrie, a ajouté le président américain.

« Avec la libération de la capitale de l’État islamique, ainsi que de la vaste majorité de son territoire, la fin du califat de l’État islamique est en vue », a écrit le président.

« Nous allons rapidement évoluer vers une nouvelle phase dans laquelle nous soutiendrons les forces locales de sécurité, ferons retomber les violences en Syrie et mettrons en place les conditions pour une paix durable, afin que les terroristes ne puissent revenir menacer notre sécurité commune », a prévu M. Trump.

La capture de Raqa, l’ex-capitale de facto de l’ÉI en Syrie, est la dernière victoire en date des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance anti-djihadistes disposant du soutien aérien crucial des États-Unis.

Depuis 2015, elles ont chassé l’ÉI de plusieurs régions, s’imposant comme une force incontournable dans la lutte contre l’organisation djihadiste.

Ces forces pourraient à terme se rapprocher du régime de Bachar al-Assad et de la Russie, dans ce pays morcelé par la guerre.

Cette victoire de l’alliance dominée par les Kurdes, alliés à Washington, annonce « une nouvelle phase » en Syrie, a ajouté le président américain.