Choisissez la taille du texte qui vous convient


Cartel du pain : mise en garde contre les cartes-cadeaux de Loblaw


Les cabinets d'avocats qui ont intenté des recours collectifs contre les géants de l'alimentation au Canada en lien avec le complot de fixation des prix du pain avertissent les consommateurs de se méfier des cartes-cadeaux offertes par Loblaw en guise de dédommagement.

La semaine dernière, Loblaw et George Weston ont reconnu avoir été impliqués dans le cartel du pain de la fin 2001 jusqu'à mars 2015. La compagnie a annoncé qu'elle offrira une carte-cadeau de 25$ à tous ses clients qui en feront la demande à partir du 8 janvier.

Des avocats derrière deux demandes de recours collectifs déposés en novembre au Québec et en Ontario estiment que les consommateurs qui accepteraient ces cartes-cadeaux pourraient perdre au change.

« Loblaw n'a fourni aucun détail quant à ce qu'il sera attendu que les consommateurs offrent à Loblaw en échange de cette carte-cadeau », a évoqué l'avocat David Wingfield, du cabinet Strosberg Sasso Sutts LLP

« Loblaw a reconnu qu'elle a participé à un complot illégal lié aux prix pendant 14 ans. Ainsi, les consommateurs du Québec et de partout au pays pourraient avoir subi des pertes bien plus importantes que la valeur de la carte-cadeau que Loblaw a offert de donner aux consommateurs individuels qui s'inscrivent sur le site Web de Loblaw », a ajouté Michael Vathilakis, associé et cofondateur de Renno Vathilakis Avocats.

Les recours collectifs intentés, qui sont en attente d'approbation, présentent des réclamations de 1 milliard $ en dommages-intérêts et de 100 millions $ en dommages-intérêts punitifs. Ils visent Les Compagnies Loblaw George Weston, Weston Foods (Canada), Canada Bread Company, Grupo Bimbo, S.A.B. DE C.V., Empire Company, Sobeys, Metro, Walmart Canada, Walmart Stores et Giant Tiger Stores Limited.

Télétoon répond sans détour (et avec humour) à ceux qui se plaignent de la nouvelle voix d'Homer


Le changement de la voix d'Homer Simpson, interprété maintenant par Thiéry Dubé, a fait couler beaucoup d'encre. Télétoon a répondu vendredi sur Facebook aux admirateurs déçus.


Hubert Gagnon était la voix d'Homer Simpson au Québec depuis 1991. Gagnon avait dû se retirer du projet après 26 années de loyaux services pour des raisons de santé.

Hubert Gagnon alias Homer Simpson 
Les nouveaux épisodes des Simpson étaient diffusés à Télétoon, les jeudis à 21 h, depuis le 19 octobre.

Une Américaine plaide coupable d’avoir tué son petit ami pour des clics sur YouTube

Monalisa Perez
Chicago | Une Américaine de 20 ans a plaidé coupable d’avoir tiré à bout portant sur son petit ami tandis qu’il serrait contre son torse une encyclopédie, croyant que le livre arrêterait les balles.




Monalisa Perez a plaidé coupable d’homicide involontaire et a accepté de purger une peine de six mois d’emprisonnement. La peine doit encore être confirmée par un juge du Minnesota en début d’année prochaine, ont rapporté mardi des médias locaux.

Pedro Ruiz, 22 ans, avait convaincu en juin sa petite amie de lui tirer dessus tandis qu’il se protégeait avec un livre épais. Le couple aspirait à devenir des vedettes d’internet et espérait que la vidéo fasse décoller leur chaîne YouTube.

« Pedro et moi allons probablement enregistrer l’une des vidéos les plus dangereuses jamais tournées », avait écrit la jeune femme le jour même sur Twitter. « SON idée, pas la MIENNE ».

Le jeune homme, qui a reçu une balle dans la poitrine, est mort sur le coup, un drame filmé par les caméras Go Pro qu’il portait.

Selon la police, Ruiz aurait montré à la jeune femme une autre encyclopédie, pénétrée mais pas traversée par une balle, pour lui prouver que le livre le protégerait.

Selon l’accord passé avec les procureurs, Monalisa Perez purgera trois mois de prison par période d’un mois sur une durée de trois ans, puis les trois autres mois restant en résidence surveillée, a rapporté le Minneapolis Star Tribune.

Le couple, parents d’une fillette de trois ans, avait créé une chaîne sur le site YouTube, « La MonaLisa », sur laquelle ils racontaient leur vie quotidienne.

Au moment du drame, Monalisa Perez était enceinte de leur second enfant.

Semaine de prévention du suicide : du 4 au 10 février 2018


Dans le cadre de la 28e Semaine nationale de prévention du suicide, l’AQPS et ses partenaires déploieront une vaste campagne de sensibilisation ayant pour thème Parler du suicide sauve des vies

Le site commentparlerdusuicide.com et des témoignages montrant les bénéfices de la prise de parole seront notamment proposés.

L’événement qui se tiendra du dimanche 4 au samedi 10 février 2018, aura pour objectif de :
  • Sensibiliser les citoyens et les décideurs à l’ampleur du problème et aux moyens de le réduire ;
  • Mobiliser la population afin que tous jouent un rôle actif en prévention ; 
  • Augmenter la connaissance des ressources d’aide dont la ligne 1 866 APPELLE, disponible partout au Québec 7 jours sur 7, 24 h sur 24 ;
  • Normaliser la demande d’aide, en particulier chez les hommes ; 
  • Favoriser la prise de parole en lien avec le suicide en guidant les proches, les personnes vulnérables, les citoyens, les intervenants et les créateurs dans les façons d’en parler.
Tous les groupes de la population sont visés par la campagne. Puisque le risque de suicide est 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes au Québec, une attention particulière leur sera accordée.

Thème et microsite commentparlerdusuicide.com 

Le slogan Parler du suicide sauve des vies rappelle qu’il est nécessaire de parler pour agir en prévention du suicide. Individuellement, mais aussi en tant que société, c’est en ouvrant le dialogue et en étant à l’écoute que nous arriverons à renforcer le filet humain autour des gens vulnérables.

Dans le site commentparlerdusuicide.com, qui sera lancé le 1er février, l’AQPS proposera des pistes pour tous ceux qui ont besoin de parler du sujet. 

Soulignez l'événement dans votre milieu

De nouveaux visuels et outils sont proposés. Commandez et téléchargez-les dès maintenant !

Pour des renseignements ou partager vos activités : Mélanie Rembert, chargée de projet à la recherche et aux communications au 418 614-5909, p.32 ou à mrembert@aqps.info

Documentation complémentaire


Source : AQPS (Association québécoise de prévention du suicide

Une jeune femme meurt après avoir été attaquée par ses deux pitbulls


Bethany Lynn Stephens, une jeune femme de 22 ans originaire de Richmond (États-Unis), a perdu la vie après avoir été attaquée par ses deux pitbulls.





Trouvé jeudi soir dans un boisé près de son domicile, le corps de la jeune femme « était gardé par deux très gros chiens », a raconté le shérif James L. Agnew. Les premières marques de blessures se situaient au niveau de sa gorge et de son visage écartant ainsi la thèse d'un homicide, rapporte le Richmond Times-Dispatch.


« Il était évident que la femme avait subi des blessures graves causées par l'attaque de ses chiens », a déclaré Agnew.


« C'était une scène absolument macabre. Au cours de mes 40 années de carrière, je n'ai jamais rien vu de tel », a-t-il dit au Richmond Times-Dispatch. « J'espère que je ne reverrai jamais rien de semblable. »

Introuvable depuis 24 heures, le père de Stephens était parti à la recherche de sa fille. Celui-ci a trouvé la dépouille gardée « agressivement » par les deux chiens.

Il a ensuite alerté les autorités, selon le Daily Mail. Agnew raconte qu'il a fallu des heures pour éloigner les chiens qu'il estimait peser autant que Stephens qui mesurait 5 pieds et 1 pouce.

Le père de la jeune femme
Le shérif Angew a ajouté que selon lui, les chiens avaient été entrainés pour se battre.

C'est présentement le Goochland County Animal Control, un centre de protection des animaux, qui s'occupent des chiens. Le shérif Andrew précise que les autorités souhaitent l'euthanasie pour les animaux de Bethany Lynn Stephens.


Liens utiles (conditions hivernales)

Cette page regroupe les liens importants pouvant informer les lecteurs rapidement sur les conditions routières, fermetures d'écoles ou autres services publics lors de conditions climatiques normales ou difficiles.


Nous vous tenons informés de la situation des écoles fermées sur tout le territoire québécois. 
Liste des écoles fermées

Transports Québec vous informe via sa page internet de l'état de son réseau routier. Les mises à jour sont fréquentes et régulières.

État du réseau routier québécois
Pour connaître avec exactitude l'horaire des départs prévus ou annulés, nous vous suggérons de consulter le lien des aéroports Montréal-Trudeau (Dorval) et Jean-Lesage (Québec) ci-dessous :

Liste des départs

Liste des départs

Le carambolage du 5 décembre 2016


C’était il y a un an. Une tempête hivernale s’abattait sur Montréal le 5 décembre 2016 et allait créer des conditions routières impitoyables pour les automobilistes de la métropole, surtout ceux qui ont eu le malheur d’emprunter ce matin-là la côte du Beaver-Hall.


Les images ont fait le tour du Québec, mais aussi le tour de la planète, puisque des quotidiens comme le Guardian, en Angleterre, ont eux aussi consacré quelques lignes sur le fameux tamponnage de la côte Beaver-Hall dans lequel deux autobus de la Société des transports de Montréal (STM) avaient notamment été impliqués.





Une voiture de police et un chasse-neige ont aussi été pris au piège au même endroit.

La STM avait dû expliquer que l’épandage tardif du sel dans les rues avait causé les pertes de contrôle de ses véhicules et qu’elle munissait ses autobus de pneus avant neufs et de pneus arrière à traction striés pour une meilleure adhérence dès le 15 novembre.

La vidéo originale, publiée sur Facebook par Willem Sheherd, a été visionnée plus de 26 millions de fois et partagée plus de 442 000 fois seulement sur le réseau social.

Tout un contraste avec les conditions météorologiques un an plus tard, alors qu’à Montréal, les précipitations sont sous forme de pluie mardi.

Cadeau inespéré pour des nouveaux parents de St-Hyacinthe


La famille Giard-Vaillancourt a définitivement de quoi se réjouir à l'approche des Fêtes.

Le propriétaire du restaurant McDonald à St-Hyacinthe, Gilles Bédard, permet aux Maskoutains de séjourner gratuitement au manoir Ronald McDonald pendant que leur enfant est hospitalisé à l'hôpital St-Justine.

Le petit Louis, est né prématurément et a besoin de soins précis explique sa grand-mère, Martine Vaillancourt.

« Il est né deux mois avant son temps, il est né à 31 semaines avec un petit problème cardiaque. Pour nous c'est un grand soulagement de ne pas avoir à retourner chez nous à chaque fois. On passe nos journées ici, nos nuits ici quand le bébé va pas bien. On a la chambre juste à côté avec les repas, c'est vraiment génial. »

La Polytechnique rend hommage aux victimes de la tuerie de 1989


MONTRÉAL — L’école Polytechnique a récompensé une jeune étudiante en génie et originaire du Manitoba, quelques jours seulement avant le 28e anniversaire de la tuerie de la Polytechnique qui avait fait 14 victimes en 1989.
Ella Thomson de l’Université du Manitoba a reçu l’Ordre de la rose blanche lors d’une cérémonie, vendredi, à Montréal.


Mme. Thomson a reçu 30 000 $ en bourse d’études, un collier, ainsi que 14 roses en mémoire des jeunes femmes qui ont été tuées le 6 décembre 1989.

Le prix, qui a été créé en 2014, est présenté chaque année à une étudiante qui poursuit ses études en ingénierie.

Ella Thomson, 21 ans, affirme qu’en avoir appris davantage sur le massacre de la Polytechnique lui a rappelé à quel point les femmes ont dû combattre la violence dans les milieux de travail et d’études non traditionnels. 

L’étudiante de Winnipeg étudie présentement à l’Université Stanford, en Californie, pour obtenir un doctorat.

Elle dit espérer être un modèle pour les jeunes filles qui désirent faire carrière dans les domaines techniques.

La Semaine de la rose blanche : 1er au 8 décembre 2017


Offrir des roses virtuelles pour provoquer l’éclosion de talents prometteurs et éveiller des intérêts qui n’auraient pu émerger autrement, voilà la mission que Polytechnique a donné à la Semaine de la rose blanche en la créant en 2014.

À l’occasion de la 4e édition de la Semaine de la rose blanche qui se tient du 1er au 8 décembre 2017, L'école Polytechnique de Montréal lance un appel à toute sa communauté et au grand public et vous invite à offrir des roses blanches virtuelles à vos êtres chers. 

Cette collecte de fonds permet d’offrir à de jeunes filles issues de milieux défavorisés la possibilité de développer une attitude positive à l’égard des sciences et du génie.


Depuis sa création, la Semaine de la rose blanche a amassé quelque 40 000 $ et a permis à plus de 3 200 jeunes filles d’assister à des ateliers scientifiques en classe et de participer au camp scientifique estival de Folie technique

La demande excède toutefois largement l’offre de cet organisme sans but lucratif. Populaires, les groupes « 100 % filles » affichent de longues files d’attente.
  • 1 rose (10 $) : permet de payer le transport d’une jeune fille pour se rendre à une activité scientifique.
  • 14 roses (50 $) : permettent de tenir une activité scientifique dans la classe d’une école primaire.
  • 25 roses (150 $) : permettent à une jeune fille de participer au camp estival scientifique de Folie Technique.

Pour offrir des roses : http://roseblanche.org/

Source : Polytechnique Montréal

Montréal signe la Déclaration de Paris visant l’éradication du VIH/SIDA en 2030

 AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS
MONTRÉAL | La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’engage à ce que la métropole fasse sa part dans la lutte incessante qui est menée contre le VIH/SIDA. Elle a pour ce faire signé vendredi la Déclaration de Paris, qui vise l’éradication de l’épidémie en 2030, près d’un demi-siècle après sa découverte.

Montréal devient ainsi la première ville canadienne à entériner la Déclaration de Paris, qui est déjà soutenue par de nombreuses grandes villes à travers le monde.

Lors de la signature, vendredi, Valérie Plante était notamment entourée du docteur José M. Zuniga, président de l’International Association of Providers of AIDS Care (IAPAC), du docteur Richard Massé, directeur régional de santé publique de Montréal, et du docteur Réjean Thomas, ambassadeur montréalais de l’IAPAC et président et fondateur de la clinique médicale L’Actuel. La Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida (TOMS) était aussi représentée.

« La Ville de Montréal accueille des institutions, des chercheurs et des médecins parmi les plus reconnus mondialement dans le dépistage et la lutte contre le VIH/SIDA. De plus, Montréal se distingue par ses communautés hautement mobilisées dans la lutte contre la discrimination des personnes vulnérables au VIH. C’est avec une grande fierté que je signe aujourd’hui la Déclaration de Paris, permettant à Montréal de rejoindre officiellement les autres villes qui participent à cette initiative pour agir localement à l’éradication de l’épidémie du VIH/SIDA dans le monde », a dit la mairesse Plante, par communiqué.

En vertu de cette signature, Montréal se joint aux efforts pour éradiquer le VIH/SIDA d’ici 2030, mais c’est d’abord en s’impliquant dans l’objectif 90-90-90 qu’elle pourra faire une différence localement. 

L’objectif 90-90-90 vise à ce que, d’ici 2020, 90 % des séropositifs connaissent leur statut sérologique, 90 % des personnes qui connaissent leur séropositivité soient mises sous traitement antirétroviral et 90 % des personnes sous traitement antirétroviral aient une charge virale indétectable.

Le programme cherche par ailleurs à faire tomber toute forme de discrimination et de stigmatisation.

« Atteindre les objectifs 90-90-90 pour éradiquer le VIH/SIDA est un projet de société dont le plus grand défi est l’élimination de la discrimination et le respect des droits de la personne, de toutes les personnes. C’est la discrimination et la peur d’être stigmatisé qui freinent le dépistage, réduisent l’accès au traitement et fragilisent le maintien des patients dans un corridor de soins. C’est contre ces préjugés et leurs impacts qu’il faut lutter, entre autres, pour que Montréal devienne une ville sans VIH/SIDA », a dit le docteur Réjean Thomas, bien connu pour son engagement dans la lutte contre la maladie, mais aussi l’accompagnement des gens qui en sont atteints.

« Le portrait du VIH à Montréal s’est grandement transformé depuis l’apparition de l’épidémie dans les années 1980, notamment grâce à la mobilisation des communautés les plus concernées. En mettant en place une réponse coordonnée misant sur le déploiement de stratégies efficaces axées sur les populations prioritaires, nous souhaitons réduire considérablement le fardeau du VIH chez les Montréalais et les Montréalaises », a indiqué de son côté le docteur Richard Massé, directeur régional de santé publique de Montréal.

Le rappeur américain DMX plaide coupable de fraude fiscale


Le rappeur américain DMX a plaidé coupable de fraude fiscale devant un juge fédéral de Manhattan jeudi, reconnaissant avoir caché ses revenus à l’administration fiscale et ainsi évité de payer 1,7 million de dollars d’impôts.

Dans le cadre de l’accord passé avec le ministère public, il s’est engagé à s’acquitter de cette somme, selon un communiqué du procureur fédéral de Manhattan, Joon Kim.

Earl Simmons, DMX (46 ans) échappe ainsi à un procès mais risque tout de même cinq années d’emprisonnement. Son jugement sera prononcé le 29 mars 2018.

Initialement inculpé de 14 chefs d’accusation, il était passible, au départ, de 40 années d’emprisonnement.

Selon le New York Post, le prévenu a d’abord tenté de se justifier à l’audience, avant d’être mis en garde par le juge Jed Rakoff, puis de plaider coupable.

Devenu célèbre à la fin des années 1990, DMX est un rappeur au style dur, dont les textes mêlent violence et noirceur, avec une voix grave et râpeuse très reconnaissable.

Entre 1998 et 2003, il a placé cinq albums en tête des ventes aux États-Unis, notamment « It’s Dark and Hell is Hot », qui est resté dans les classements américains durant 101 semaines.


Bien qu’ayant perçu 2,3 millions de dollars entre 2010 et 2015, il n’a déclaré aucun revenu et a évité d’user tout compte en banque à son nom, fonctionnant principalement avec des liquidités et usant de comptes de tiers, notamment ceux de ses gérants.

DMX a également fait de fausses déclarations de revenus à la justice après avoir demandé l’ouverture d’une procédure de faillite personnelle, toujours selon le document de l’accusation.

Le rappeur a déjà demandé par trois fois à la justice de le déclarer en faillite personnelle, la dernière fois en décembre 2016, en vain.

Ces demandes n’étaient pas liées à ses arriérés d’impôts mais essentiellement à des pensions alimentaires non versées. Selon la presse américaine, DMX serait le père de 15 enfants, nés de neuf femmes différentes.

Le rappeur présente un passé judiciaire chargé, avec de multiples interpellations pour des faits de droit commun, ports d’arme sans permis, stupéfiants, excès de vitesse ou agression. Il a déjà effectué plusieurs séjours en prison.

Montrée du doigt pour avoir allaité en public


Une mère qui fréquente régulièrement le parc d’attractions Disneyland à Anaheim avec son conjoint et ses enfants a fait l’objet de commentaires désobligeants alors qu’elle allaitait son plus jeune en public.

Brittani Medina, qui souhaitait dénoncer la situation qu’elle a vécue le 19 novembre dernier, a publié sur un groupe Facebook dédié à l’allaitement une photo montrant les femmes qui l’ont jugé parce qu’elle allaitait.


La Californienne attendait en file pour un manège, lorsque son bébé de 10 mois a eu besoin de boire. Elle n’a fait ni une ni deux, elle a retiré le haut de sa camisole, et a allaité dans la file d’attente.

« Je n’allais pas sortir de la file pour allaiter et y revenir par la suite ! Ces femmes faisaient des commentaires sarcastiques. J’ai changé de place afin que mon conjoint les prenne en photo. Je ne souhaitais pas attirer l’attention sur ma propre personne, mais sur le fait qu’AUCUNE FEMME NE DEVRAIT ÊTRE HUMILIÉE parce qu’elle choisit d’allaiter son bébé sans le couvrir », a expliqué Brittani sur la page Facebook Breastfeeding Mama Talk.

« Comme tout ce qui doit être normalisé dans la société; ça prend du temps ! La politique de Disney et la loi me soutiennent pleinement. Les seins ne sont pas sexuels! Si vous ne pouvez pas informer vos enfants qu'un bébé mange, ce n'est pas mon problème. Je ne m'attendais jamais à ce que l'image devienne virale évidemment ce n'est pas la meilleure de moi, mais je l'aime parce que, encore une fois, tous les moments de maman ne sont pas toujours des ''moments glamours'' », ajoute la mère dans son message.

Sa publication a été partagée des milliers de fois sur le réseau social et a suscité des milliers de commentaires.

Elle a ajouté par la suite que des proches des femmes qu’elles avaient identifiées lui ont écrit en privé en lui disant qu’ils avaient honte de constater de tels comportements.

Les lois de la Californie protègent le droit des femmes à allaiter en public sans réserve.

Valérie Plante n’a pas pu convaincre Molson de rester à Montréal

PHOTO DOMINICK GRAVEL, AGENCE QMI
MONTRÉAL - La mairesse de Montréal, Valérie Plante a affirmé mardi qu’il lui a été impossible de convaincre Molson Coors de ne pas fermer ses emblématiques installations, situées près du pont Jacques-Cartier afin de s’installer à Longueuil.





« Malheureusement, l’offre bonifiée que nous avons soumise n’a pu être étudiée par le conseil d’administration de la brasserie Molson Coors, qui avait déjà pris sa décision », a dit la mairesse dans une déclaration écrite.

Elle a précisé que dès son entrée en poste, elle avait fait des « représentations auprès de la famille Molson et des gestionnaires de l’entreprise afin de faire valoir les bénéfices du maintien des activités de la brasserie à Montréal ».

Valérie Plante a souligné que le site de l’actuelle brasserie de la rue Notre-Dame Est offre un potentiel « immense ».

« Qu’il s’agisse de redonner accès au fleuve, de bâtir un nouveau quartier familial, ou encore de créer un nouveau pôle d’emploi, plus connecté à la réalité économique du Montréal d’aujourd’hui et de demain, le redéveloppement du site de la rue Notre-Dame nous permettra de redonner ce secteur industriel à la population », a-t-elle mentionné.

Molson s’installe à Longueuil


L’entreprise Molson déménagera prochainement son usine à Longueuil. Le géant canadien de la bière a annoncé mardi matin avoir procédé à une offre d’achat pour un terrain actuellement vacant situé entre l’aéroport de Saint-Hubert et les locaux de l’Agence spatiale canadienne, dont la Ville de Longueuil est l’actuelle propriétaire.





En juillet, Molson avait fait part de son intention de construire une nouvelle brasserie dans la grande région de Montréal plutôt que de moderniser ses installations actuelles, basées depuis 1786 sur la rue Notre-Dame, à Montréal.

Les villes de Varennes, Salaberry-de-Valleyfield et Beauharnois, sur la Rive-Sud avaient notamment affiché leurs intentions d’accueillir les installations du brasseur canadien, évaluées à près de 500 M$.

Le choix de Longueuil s’explique notamment par la superficie du terrain disponible, la proximité des autoroutes 20 et 30 ainsi que celle avec l’aéroport de Saint-Hubert. Un règlement accordant des allègements fiscaux sur cinq ans pour développer la zone aéroportuaire constitue également un élément en faveur de la municipalité.

La superficie du nouveau complexe est évaluée entre trois et quatre millions de pieds carrés. Les travaux devraient débuter au printemps 2018 et la nouvelle usine devrait amorcer ses activités d’ici 2022.

Importantes retombées économiques

Ce déménagement générera des retombées économiques importantes pour Longueuil et toute la région.

« Nous sommes très fiers que Molson Coors ait choisi Longueuil pour ce vaste projet de modernisation de ses installations, s’est réjouie la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent. Ce geste important vient récompenser des années d’efforts à développer notre ville et particulièrement la zone aéroportuaire afin d’en faire un pôle stratégique de développement industriel. Cette décision d’investissement démontre hors de tout doute que Longueuil est un partenaire de premier choix pour une entreprise aussi prestigieuse que Molson Coors et témoigne du dynamisme économique de notre ville. »

Le conseil municipal de Longueuil devrait approuver la transaction lors de sa réunion du 5 décembre.

« Il y a encore quelques étapes à franchir avant une éventuelle pelletée de terre en 2018. Nous sommes par ailleurs extrêmement heureux qu’un fleuron comme Molson Coors ait choisi de demeurer dans la grande région métropolitaine pour cette nouvelle et grande étape de son histoire bicentenaire », a conclu Mme Parent.

Plus ancienne brasserie toujours en activité au pays, Molson compte plus d’un millier d’employés dans son usine de Montréal et dans son centre de distribution de l’est de l’île.

Volcan à Bali : alerte maximale décrétée


KARANGASEM, Indonésie | L’alerte maximale a été décrétée lundi sur l’île indonésienne de Bali en raison des risques d’éruption du Mont Agung, un volcan qui gronde depuis plusieurs jours et libère un impressionnant panache de fumée grise.





« Le niveau d’alerte pour le volcan a été porté au plus haut », a déclaré lundi matin un haut responsable du centre national de volcanologie d’Indonésie, Gede Suandika.

Le Mont Agung est en alerte maximale depuis ce lundi
Le Mont Agung, dont la dernière éruption en 1963 avait fait 1,600 morts, émetait lundi matin une colonne de fumée grise s’élevant à plus de 3,000 mètres dans les airs.


« Des secousses permanentes sont ressenties », a-t-il ajouté.

La zone d’exclusion autour du volcan, situé à 75 km de la station touristique de Kuta, a été élargie à 10 km et les habitants vivant à l’intérieur de cette zone ont été priés d’évacuer.

Environ 25 000 personnes ont déjà dû quitter leur domicile depuis que le mont Agung a commencé à cracher de la fumée mardi.


« Les projections continues de cendres sont parfois accompagnées par des éruptions explosives et un faible grondement sonore », a indiqué dans un communiqué le Bureau national de gestion des catastrophes.

« Les lueurs de feu sont de plus en plus visibles la nuit. Ceci indique que les conditions pour une éruption plus forte sont imminentes », a-t-il ajouté.

Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole du Bureau national de gestion des catastrophes, a lancé un appel au calme.

Aéroport fermé 

« Nous avons élargi la zone d’exclusion et le nombre de personnes qui seront évacuées va augmenter, mais nous n’avons pas encore les derniers chiffres », a-t-il dit à l’AFP.

« Le plus important est de suivre nos instructions et de garder son calme », a-t-il ajouté.

Des villages proches du volcan étaient couverts de cendres rejetées par le Mont Agung. Des milliers de masques de protection ont été distribués aux habitants.

L’aéroport international de Denpasar, capitale de la province de Bali, haut lieu du tourisme mondial avec des millions de visiteurs chaque année, a été fermé.

« L’aéroport est fermé. Nous coordonnons les prochaines étapes », a déclaré à l’AFP Arie Ahsanurrohim, porte-parole de l’aéroport. Cette fermeture aura un impact sur les voyages de dizaines de milliers de personnes, a-t-il précisé.

L’aéroport de l’île de Lombok, qui est également une destination touristique très prisée à l’est de Bali, a également fermé dimanche après-midi, car le vent poussait les cendres dans sa direction. Mais il a rouvert lundi matin.

Le mont Agung, qui culmine à un peu plus de 3 000 mètres d’altitude, avait déjà grondé d’août à octobre. Plus de 144 000 habitants sont depuis partis de chez eux.

Son activité avait semblé se calmer fin octobre, et l’alerte avait été rabaissée, ce qui avait convaincu des milliers de personnes de rentrer. Jusqu’à ce qu’il se remette mardi à gronder.

Pour la seconde fois en moins d’une semaine, le volcan a libéré samedi un important panache de fumée, ce qui pourrait correspondre selon les spécialistes à une éruption phréatique, soit l’expulsion brusque et violente de vapeur d’eau.

Des dizaines d’hindous balinais ont participé dimanche à des cérémonies de prières près du volcan, dans l’espoir que cela permette d’éviter une éruption.

Plus de 120 volcans sont en activité en Indonésie, qui est située sur la « ceinture de feu » du Pacifique.

[VIDÉO] Des Québécois exploitent des chaînes YouTube faisant fortune sur le dos de vos enfants


La chaîne YouTube québécoise Toy Monster aurait engrangé des millions de dollars sur le dos des enfants.
Depuis trois ans, une panoplie de chaînes YouTube entièrement dédiées à la diffusion de courts-métrages sans dialogue dans lesquels des adultes se costument en superhéros et en princesses de Disney a cumulé des milliards de clics.


Les scénarios de ces vidéos sont d’une simplicité désarmante et rejoignent des garçons et des fillettes originaires de toutes les parties du monde.

Désirant au départ réaliser un topo sur la popularité de cet étrange phénomène, l’équipe de TABLOÏD a plutôt mis à jour le côté sombre de ces vidéos en apparence inoffensives.

Les créateurs de Toy Monster semblent en effet avoir réussi à instaurer un mécanisme parfaitement huilé, permettant de maximiser le profit généré par leur contenu.

Et ce sont vos enfants qui sont la clé de voûte de cet empire du clic.

Comment ça marche ?

Facile. Les créateurs de ces chaînes rallongent leurs contenus afin de créer des compilations qui vont au-delà des 10 minutes exigées par YouTube afin d’insérer plus d’une publicité par vidéo.

Ces soi-disant compilations sont ensuite recopiées intégralement sur des chaînes clones appartenant aux mêmes personnes afin d’inonder le marché.

Vos enfants sont alors prisonniers d’un vortex de contenus qui ne sert qu’à enrichir davantage la chaîne mère, Toy Monster. 

L’équipe de TABLOÏD a tenté sans succès de contacter les gens derrière Toy Monster à ce sujet.

L’actrice personnifiant Elsa a précisé, dans un échange privé sur Facebook, qu’elle désirait garder son anonymat et que tous les acteurs personnifiant des personnages dans les vidéos ont signé une clause de confidentialité leur interdisant de parler de leur travail au sein de la chaîne.

Le déclin de cet empire du clic

Le conte de fées Toy Monster a abruptement pris fin plus tôt ce mois-ci, alors qu’un influent blogueur américain mettait à jour les liens problématiques entre YouTube et des chaînes qui présentaient du contenu inapproprié pour les enfants.

Toy Monster a alors fait les frais de cette purge et a vu bon nombre de ses contenus supprimés, amputant fort probablement ses revenus publicitaires.

Mais Toy Monster n’a pas dit son dernier mot et, déjà, la chaîne revit sous le nom Girl Corner. Ses vidéos sont également toujours accessibles facilement en quelques clics.

Coup d’épée dans l’eau de la part de YouTube ? Seul l’avenir nous le dira. En attendant, voici (ci-haut) une incursion dans cet univers secret, où des déguisements d’Elsa et Spider-Man dissimulent une véritable mine d'or.

TABLOÏD documentera des histoires mettant en vedette des « célébrités » du quotidien et des enjeux de société souvent ignorés. S’adressant à un lectorat qui a soif d’authenticité, le média proposera des contenus formatés pour le web tout en développant plusieurs sujets en profondeur.

La 17e édition de La grande guignolée des médias se déroule du 27 novembre au 24 décembre 2017


La 17e édition de La grande guignolée des médias se déroulera du 27 novembre au 24 décembre 2017.

La collecte extérieure aux coins des rues aura lieu le jeudi 7 décembre. Vos dons en argent et en denrées non périssables permettent à des milliers de Québécois et à leur famille de vivre la période des Fêtes dans la dignité. 

Une fois par année, à l’approche des Fêtes, les médias unissent leurs voix et leurs ressources pour aider des milliers de personnes dans le besoin. 

Grâce à eux et aux nombreux bénévoles, les mots « mobilisation » et « solidarité » prennent tout leur sens.

Du 27 novembre au 24 décembre, les pharmacies du Groupe Jean Coutu, les supermarchés Maxi et Provigo ainsi que les bureaux du courtier immobilier Via Capitale accepteront les dons en denrées alimentaires non périssables et en argent.

Ticketpro met aussi son réseau téléphonique à la disposition des donateurs. Leurs contributions pourront donc être versées en toute sécurité au 1 866 908-9090 ou au 514 790-1111, de 9h à 22h du 27 novembre au 23 décembre et de 9h à 17h le 24. Il est aussi possible de contribuer en ligne à guignolee.ca ou par texto - à Noël Mtl au 20222 - à Montréal pour un don de 5$.

Seule cause organisée et soutenue par une centaine de médias du Québec, La grande guignolée des médias a récolté plus de 34 millions$ et plusieurs dizaines de tonnes de nourriture depuis sa naissance en 2001. Le tout a été distribué à plus de 100 organismes bénéficiaires, dont, à Montréal, Moisson Montréal, Jeunesse au Soleil et la Société de Saint-Vincent de Paul.

Des porte-paroles en or

Ils ont tous accepté de soutenir la cause avec leur cœur : Virginie Ranger-Beauregard (comédienne), Patrice Bernier (ex-capitaine de l'Impact de Montréal), Jeremy Demay (humoriste et auteur), Sam-Éloi Girard (comédien et le plus jeune porte-parole dans l'histoire de l'événement! ), Pierre Hébert (humoriste, auteur et comédien), Marc Hervieux (chanteur et animateur), Maxime Landry (chanteur), Jean-Marie Lapointe (auteur, animateur et comédien) et Vincent Leclerc (comédien).

L'histoire de la Guignolée

Le 13 décembre 2001, la première édition voit le jour et sa première porte-parole est la regrettée comédienne Rita Lafontaine. Cette édition regroupait 16 médias et s’est déroulée uniquement dans la région de Montréal.

Inspirées par le succès remporté à Montréal en 2002, quatre régions se joignent à la collecte : Québec, Saguenay, Gatineau et Trois-Rivières.

En 2003, le montant amassé dépasse le million $, en plus des tonnes de denrées non périssables que la population avait amassé.

Depuis 2006, la collecte couvre maintenant tout le territoire québécois. La collecte franchie une nouvelle étape en 2015 : 3 millons $ ont ainsi été récoltés.


La mission

L'organisme de charité s'est fixé comme objectif de faire en sorte que chaque québécois puisse se nourrir convenablement et manger à sa faim, mais aussi de sensibiliser la population au problème de la pauvreté et aider ceux qui en sont victimes.

Récolter des denrées non périssables et des dons en argent pour aider ceux et celles dans le besoin est une noble cause, bien sûr.


Cependant, le défi est de taille, surtout pendant la période des Fêtes et lors des mois difficiles qui suivent. Les mois de janvier et février représentent une période critique pour la majorité des banques alimentaires.

Ceux que l'on aide

Pour connaître les organismes bénéficiaires de votre région, consultez la liste en cliquant sur ce lien.

Où vont vos dons

Pour connaître les montants amassés dans chacune des régions du Québec, il faut cliquer ici.

Bénévoles recherchés

L'organisme est présentement à la recherche de bénévoles dans votre région pour le jour même de la guignolée ou à tout autre moment de la collecte. Pour ce faire, il suffit de remplir ce questionnaire ou joindre les organisateurs sur cette page.

Pour des raisons de sécurité, les bénévoles doivent être âgés de 18 ans et plus.



Randy Tshilumba porte sa cause en appel


Condamné à la prison à vie pour le meurtre de Clémence Beaulieu-Patry dans un Maxi de Montréal, Randy Tshilumba a porté sa cause en appel, lundi.






Randy Tshilumba avait été formellement condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans le 25 octobre dernier, en lien avec ce drame survenu le 10 avril 2016, dans une épicerie Maxi de la rue Papineau à Montréal où travaillait Clémence Beaulieu-Patry.

Après s’être dirigé dans la section des vêtements, l’accusé a sorti son arme, et a poignardé sa victime à 14 reprises avant de prendre la fuite.

Lors du procès, il s’était justifié en plaidant les troubles mentaux et en affirmant qu’il avait développé la conviction que Clémence Beaulieu-Patry et ses amies voulaient le tuer. Le jury ne l'avait pas cru et l'avait finalement reconnu coupable de meurtre au premier degré.

Merci Montréal !


Je souhaite être la mairesse rassembleuse que les Montréalais et les Montréalaises attendaient et mettre fin à la culture du secret qui régnait à l’hôtel de ville.
La vitalité, le dynamisme, la beauté et l'unicité de Montréal m'ont toujours attirée. La joie de vivre, la passion et l'ouverture des Montréalais et des Montréalaises m'ont toujours séduite. Il y a 20 ans, j'ai choisi de m'établir à Montréal et d'y élever mes enfants parce qu'on ne peut pas tourner le dos à un tel coup de foudre.

Un texte de Valérie Plante
Mairesse de Montréal

Mon amour pour Montréal m'a poussée à me lancer en politique avec Projet Montréal en 2013. J'avais alors la conviction que la ville que j'aimais pouvait être encore meilleure. Qu'elle pouvait mieux répondre aux besoins et aux aspirations de sa population et que mon dévouement pour notre belle ville pouvait inspirer des changements positifs.

Mon intuition m'a bien servie. En tant que conseillère de Sainte-Marie, je suis parvenue à faire avancer des projets qui me tenaient à cœur.

Quatre ans plus tard, après être devenue cheffe de Projet Montréal, j'ai été choisie par les Montréalais et Montréalaises pour guider la destinée de leur ville. Ce mandat, je le reçois avec beaucoup de joie et d'humilité.
Il aura fallu attendre 375 ans après l'arrivée de Jeanne-Mance pour que Montréal soit enfin dirigée par une femme.
Le fait d'être devenue la première mairesse de Montréal ajoute à la fierté que je ressens. Il aura fallu attendre 375 ans après l'arrivée de Jeanne-Mance pour que Montréal soit enfin dirigée par une femme. Cet honneur, je le chéris et je souhaite en faire un exemple afin que toutes les femmes et les jeunes filles de Montréal et d'ailleurs prennent conscience qu'elles sont aussi capables de réaliser leurs rêves, qu'elles ont un rôle important à jouer dans la société et que rien ne peut les empêcher d'atteindre leurs buts.

Mon but demeure d'ailleurs le même qu'il y a quatre ans. Je suis toujours aussi convaincue que notre ville peut s'améliorer, peut mieux répondre aux besoins des Montréalais et des Montréalaises, peut connaître un essor économique encore plus enviable et peut attirer encore davantage d'entreprises et de familles. Je suis d'avis que pour y arriver, il importe de développer notre réseau de transport collectif de manière à améliorer sensiblement le service.
Les Montréalais sont fatigués, frustrés de perdre leur temps dans les bouchons. Nous devons agir.
C'est d'ailleurs pourquoi je souhaite être la mairesse de la mobilité. La congestion à Montréal ne se limite plus qu'aux routes. Elle atteint désormais le réseau de transport en commun et les pistes cyclables. Les Montréalais sont fatigués, frustrés de perdre leur temps dans les bouchons. Nous devons agir.

Au cours des quatre prochaines années, je compte faire du transport en commun une priorité, en ajoutant des autobus sur les routes, en aménageant des voies réservées et en travaillant avec Québec et Ottawa pour développer notre métro.

Je souhaite aussi développer notre réseau cyclable en ajoutant plusieurs kilomètres de voies protégées chaque année. Le temps de la peinture sur le sol est révolu. Nous devons offrir aux Montréalais et aux Montréalaises des aménagements sécuritaires.

L'autopartage ne sera pas en reste. Je m'assurerai d'éliminer les dispositions qui freinent le développement des services d'autopartage à Montréal, particulièrement au centre-ville.

Je veux faire avancer Montréal et je ferai ce qui est nécessaire pour y arriver.

Je rêve d'une ville où circuler n'est pas synonyme de frustrations ou de danger.

Je rêve d'une ville à échelle humaine, où il fait bon vivre, travailler et s'amuser.

Je rêve d'une ville où les familles peuvent devenir propriétaires sans se ruiner.

Je rêve d'une ville où les start-ups peuvent se développer et prospérer et où les grandes entreprises viennent s'installer.

Cette ville, je veux la bâtir avec vous, Montréalais et Montréalaises.

Ma victoire, c'est aussi la vôtre. J'espère faire rêver les Montréalais et les Montréalaises, vous faire voir à quel point Montréal est belle et accueillante et le sera encore davantage, vous faire croire en un avenir meilleur et vous impliquer dans les décisions qui nous y mèneront.
Je souhaite être la mairesse rassembleuse que les Montréalais et les Montréalaises attendaient et mettre fin à la culture du secret qui régnait à l'hôtel de ville.
Je souhaite être la mairesse rassembleuse que les Montréalais et les Montréalaises attendaient et mettre fin à la culture du secret qui régnait à l'hôtel de ville. Je souhaite offrir à la population une meilleure qualité de vie et de meilleurs services.
Montréal entre aujourd'hui dans une nouvelle ère exaltante. L'avenir s'annonce prometteur, bien que rempli de défis. Je suis prête pour la tâche et je sens que Montréal est prête pour la suite.

Merci Montréal pour la confiance ! Au boulot !